Élodie a écrit un roman sur son aventure en Australie

Retrouve ci-dessous, Élodie et son aventure. Elle nous fait partager toutes ces difficultés, ses raisons de partir pour l’Australie, ses premiers jours…Élodie nous fait également part de ses Road Trip et ses expériences professionnelles. En plus de traverser le globe, Élodie a réaliser un autre de ses rêves : écrire un roman!



 Élodie a écrit un roman sur son aventure en Australie

 

Qui es-tu ?

Je m’appelle Élodie, j’ai 31 ans, j’habite actuellement à Paris. J’ai étudié à Sciences Po Bordeaux pendant 5 ans, incluant une année d’étude à l’étranger avec Erasmus, que j’ai effectuée à Amsterdam en 2006-2007. Après mes études, j’ai été chargée de communication interne et externe chez Publicis Dialog entre 2010 et 2011. Puis j’ai rejoint l’agence LauMa communication en tant que Consultante en relations presse entre 2012 et 2014. J’ai ensuite passé plus d’un an et demi en Australie à Sydney, à faire des petits boulots de serveuse pour différents employeurs, tout en prenant du temps pour écrire un roman. J’étais au départ partie avec un PVT d’un an comme tout le monde, mais mon conjoint a décroché un sponsor au bout de huit mois et nous sommes restés plus longtemps sur place (sans avoir à passer par l’étape du woofing et de la cueillette). Je suis revenue en France en mai 2016 et j’occupe depuis un poste de Consultante en relations presse dans l’agence OneChocolate à Paris.

 

Pourquoi as-tu choisi de partir en Australie ?

C’est initialement mon conjoint qui souhaitait partir en Australie pour améliorer son niveau d’anglais et découvrir ce pays. Personnellement, j’appréhendais pas mal le fait de quitter CDI et appartement à Paris pour aller courir l’aventure à l’autre bout de la Terre. Mais il a fini par me convaincre, et j’ai décidé que cette expérience serait pour moi l’occasion de :

1/ prendre un peu de temps pour moi, voyager, être serveuse et connaître une autre vie

2/ et surtout pour atteindre un objectif (un rêve ?) que j’avais depuis longtemps, écrire un roman

 

 





Comment es-tu préparé ?

Je suis quelqu’un de consciencieux et de prudent, je me suis donc beaucoup renseignée avant de partir si loin de la France, si loin de ma famille et du confort de vie que j’avais à Paris. J’ai consulté beaucoup de sites qui proposent des conseils sur les démarches à suivre (obtention du PVT, obtention du visa, billets d’avion, ouverture d’un compte en banque), des groupes Facebook pour les Français qui partent en Australie. Je me rappelle avoir beaucoup cherché des avis sur les différents quartiers de Sydney, pour m’orienter dans notre choix de logement (avec la question si débattue « Newtown, CBD ou Bondi ? ») et d’avoir eu un peu de mal à comprendre les avantages de chaque quartier et ce qui me convenait le plus. Je suis aussi entrée en contact avec des « amis d’amis » qui étaient partis là-bas, où qui y étaient toujours. Cela m’a permis de faire quelques belles rencontres une fois sur place, avec des gens qui sont devenus des amis. J’ai pris beaucoup de notes de tout ce que je lisais ; chaque nouvelle recherche ou nouvelle réponse de la part d’un contact m’a permis d’affiner ma connaissance de l’Australie et mon projet avec mon conjoint.

 

 

Comment étaient tes premiers jours ?

Alors, est-ce qu’on parle du décalage horaire tout de suite ou plus tard ?… J’ai vécu mon premier jour dans une sorte de brouillard. Notre avion est arrivé à 6h30 du matin, ce qui est je crois la pire heure pour arriver en Australie car cela signifie qu’on a toute la journée à attendre avant d’aller dormir. La chance que nous avions, c’était que des amis très proches habitaient déjà à Sydney, qu’ils sont venus nous chercher, nous ont emmené petit-déjeuner et nous ont laissé leur appartement pour le reste de la journée. Malgré notre objectif de rester éveillés, ça a été absolument impossible, tant la fatigue et le décalage horaire étaient forts. Nous avons donc dormi de 10h à 17h, comme des masses. En fin d’après-midi, nous avons eu le temps de nous balader un peu dans Newtown, le quartier que nous avions choisi, et de découvrir l’endroit, avant d’aller dîner avec nos amis. La première nuit, nous avons dormi de 23h à 16h le lendemain… Nous qui avions prévu de profiter de la seconde journée sur place pour lancer nos démarches, aller ouvrir un compte en banque etc, c’était raté. La seconde nuit, nous avons eu une insomnie à partir de 4h du matin, impossible de nous rendormir. Pour résumer, nous avons donc été des sortes de zombies pendant les premières 72 heures…

 

 

Qu’as-tu fait sur place ?

J’ai été principalement sédentaire, en vivant à Sydney quasiment durant toute mon expérience en Australie. J’ai travaillé comme serveuse dès le deuxième mois sur place, grâce aux connaissances de nos amis que nous étions allés rejoindre puis grâce au bouche à oreille ensuite. J’ai été serveuse au restau The Potting Shed (qui fait partie de The Grounds of Alexandria, lieu hype de Sydney), au Twelve sur King St à Newtown (mais je ne le recommande vraiment pas), et j’ai travaillé pour deux compagnies de traiteur/événementiel : Laissez-Faire et Benchmarque (qui fait tout l’événementiel du casino de Sydney). Grâce à mon poste chez Laissez-Faire, que j’ai gardé pendant plus d’un an, j’ai pu faire des shifts dans des endroits variés de Sydney, et j’ai découvert la ville sous un tout autre angle. Le métier de serveur n’est pas la panacée : physiquement, c’est intense et les horaires ne sont pas du tout légalisés (parfois, j’ai pu faire des semaines de 60 heures, avec seulement 15 minutes de pause dans la journée), et psychologiquement aussi (les managers traitent les petits Européens comme de la main d’œuvre facile qui ne mérite pas le respect, et c’est pire en cuisine) mais c’est aussi très formateur, surtout au niveau de la pratique de l’anglais.

J’ai aussi fait deux grands voyages : le premier était un roadtrip de 3 semaines dans l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande, qui était une expérience fabuleuse. Ce pays est exceptionnel, les gens sont encore plus gentils que les Australiens, dépaysement total. Et le second voyage, un roadtrip de 5 semaines à travers l’Australie (12 000 kilomètres au pas de course, Melbourne-Adelaide-Darwin-Broome-Perth en passant par les parcs de Uluru et Karijini). Nous avons également pris le temps de découvrir la Nouvelle-Galle du Sud (Jervis Bay, Seal Rocks, Blue Mountains, Hunter Valley), Melbourne et Cairns. Nous n’avons malheureusement pas eu l’occasion d’aller sur la Gold Coast, une prochaine fois… Globalement, nous avons pas mal voyagé, tout en étant basés à Sydney.





Tes meilleurs et pires souvenirs en Australie

Mes pires souvenirs sont probablement mes premières semaines en tant que serveuse : la fatigue physique à la fin de la journée, des douleurs dans les pieds comme je n’en avais jamais ressentie, et surtout ma découverte progressive de l’attitude des managers qui me traitaient comme une gosse, et souvent comme un chien. (il faut dire que j’approchais les 30 ans et que j’avais du mal à me remettre dans la peau d’une novice qu’on dirige et qu’on commande et qui doit se taire) Il m’a fallu pas mal de temps pour comprendre comment agir en tant que serveuse, obéir aux ordres sans les discuter, être rapide et efficace. J’ai fini par rentrer dans le moule, avoir plus de responsabilités, et ça a été très formateur. L’autre moment difficile là-bas a été ma recherche d’emploi dans le secteur de la Communication. C’était mon unique condition pour rester plus longtemps en Australie en profitant du sponsorship de mon conjoint, je voulais arrêter d’être serveuse et me trouver moi aussi une expérience professionnelle dans mon domaine. J’ai passé des entretiens pendant 6 mois, sans jamais décrocher aucun emploi, tout simplement car les Australiens n’embauchent pas d’étrangers dans ce domaine déjà bouché. Cette période a été très difficile, avec de grosses remises en question qui se sont soldées par notre décision de revenir en France (et j’ai finalement trouvé un boulot en moins de 3 semaines, comme quoi !).

Mes meilleurs souvenirs ? C’est une question très difficile ça, vu la tonne de souvenirs que j’ai emmagasiné là bas ! Après quelques mois à vivre là-bas, j’ai fini par m’habituer, me trouver des repères, et aussi magique que cela puisse paraître, Sydney est devenu mon chez-moi… La vie que j’ai vécu à Newtown était tout simplement géniale. Je me rappelle le chant des oiseaux le matin, ces oiseaux omniprésents en Australie, avec des chants si spécifiques, qui nous sont totalement inconnus en France. Enfin les voyages que j’ai pu faire, surtout les roadtrips en van, sont des expériences inoubliables. Je rêve à présent d’être capable de refaire de tels voyages en Europe, mais je crois qu’il n’y a que l’Australie et la Nouvelle-Zélande qui le permettent.

 

 


 

Un grand MERCI à Élodie de nous avoir partager son expérience.

Si tu souhaites te procurer son roman, c’est ici :

Les meilleurs livres sur l’Australie

 

 


 

 

Articles qui peuvent t’intéresser :

visiter sydneyVisiter Sydney. Premier point d’intérêt de la ville, le monument symbole de la ville et du Pays, bien sur le fameux Sydney Opera House. Imaginé après 16 ans de travaux, par le danois Jørn Utzon, l’Opéra a été inauguré le 20 octobre 1973. Juste à côté le mythique…lire la suite

 

 


preparer road trip australiePréparer ses Road Trip. Le budget sera un facteur dépendant de cette réflexion. Déterminez votre parcours afin de planifier les différentes villes ou points d’intérêts que vous voulez visiter. Pour vous aider, l’article…lire la suite

 

 

 


conseils trouver job australie10 conseils pour trouver un Job. Pour travailler en Australie, tu va devoir avoir plusieurs autorisations. La première est bien évidemment le Working and Holiday Visa. Il te permettra de rester une année complète sur le territoire australien. Avec ce WHV, tu pourras donc…lire la suite

 

 


 

 

Facebook Comments

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

*