La culture maori

 

 

Le māori est l’habitant ancestral né en Nouvelle-Zélande.  Ses origines et similitudes culturelles ou physiques se rapprochent fortement des Polynésiens. Leur arrivée serait estimée à plus de 1000 ans en arrière. Le terme māori regroupe aussi bien la personne, sa culture et que sa langue.

La culture maori

De nos jours, le māori est intégré de manière officielle depuis une 30aine d’année. Au cours de sa courte Histoire, la Nouvelle-Zélande a fait valoir sa culture et son Histoire māori et cela dans tout les domaines. Le ministère de l’Intérieur, par exemple, est appelé « Te Tari Taiwhenua ». Ou encore, certaines villes ont conservé leur noms māori. D’autres ont été modifié et possèdent des noms purement européens. La culture, le physique et le mode de vie est tirée des ancêtres des îles océaniques. On y retrouve une forte similitude avec les habitants des Îles Samoa, des Îles Fidji, les Îles Tonga, les Îles polynésiennes ou encore les Îles d’Hawaï.

Matutaera Tawhiao, roi des Māoris de 1860 à 1894Matutaera Tawhiao, roi des Māoris de 1860 à 1894




Culture et rîtes

Dans les légendes et la culture, le terme māori distingue les êtres humains des esprits et des dieux. Chaque individu possède un mana. Dans celui-ci, les valeurs de solidarité et de loyauté valent bien plus que les hiérarchies de rang ou de fortune.

Le Moko

mokoVéritable art māori le tatouage, appelé  originalement le Moko. C’est le tatouage traditionnel souvent représenté sur le visage et les parties du corps. Selon la mytologie māori, le Moko est né de l’amour d’un jeune homme nommé Mataora et d’une princesse des ténèbres, Niwareka. Celle-ci fut frappée par son bien-aimé et pris la fuite vers le royaume de son père. C’est le cœur brisé que Mataora tente de la retrouver. C’est après un chemin parsemés d’embûches, qu’il l’a retrouve au royaume de son père et décide de le pardonner. Constatant de la piteuse état de son tatouage facial, le père de Niwareka apprenait à son gendre, l’art du tatouage.

La tête est considérée comme la partie la plus sacrée du corps humain. Et comme le tatouage faisait couler le sang, seuls les māori de haut rang, les plus courageux avaient ce tatouage facial. De plus, le Moko rendait le guerrier  attirant pour la gente féminine. Ce qui ne l’étaient pas étaient considéré sans statut social. Les outils étaient bien évidemment très rudimentaires. Pour tatouer, les artisans tatoueurs, les « tohunga-ta-oko » utilisaient un ciseau d’os et pratiquaient à des profondes entailles dans la peau. Le ciseau était ensuite trempé dans un pigment de suie, puis martelé dans la peau. moko nz

Le Haka

Danse devenue mondialement connue par l’équipe de Rugby à XV des All Blacks. Cette danse traditionnelle était un rituel organisé à l’occasion de cérémonies, de fêtes de bienvenue mais aussi pour célébrer le départ en guerre des māori. Dans certains chants, il était possible de retrouver des insultes ou certains mots crus destinés à l’ennemi. Le terme Haka est le terme générique de toutes les danses māori. Mais le Haka est une danse ancestrale pratiquée pas uniquement pour impressionner. Ce rite est un élément fondamentale de l’identité néo-zélandaise, on retrouve cette danse dans les écoles ou dans l’armée.

Collier et pendentif

Appelé originellement Pounamu, ces pierres de jade sont des symboles dans la culture māori. Seuls les membres de la communauté māori ont accès aux rivières glacières de l’Île du Sud. C’est dans ces rivières du Fox Glacier et de la région d’Hokitika, que l’on trouve la pierre pour façonner ses pendentifs.

pounamu


Chez les māori, les Pounamu représentent la vie et la force (mana) de celui qui le possède et considéré comme des portes-bonheur. Le personnage de droite sur la photo ci-dessus est Tiki, le premier homme sur Terre. Il est porté en l’honneur des ancêtres māori. Les Koru, en forme de spirale, représente une pousse de fougère symbole de la nativité, d’un nouveau départ.



Canoë

Appelé Waka, cette pirogue traditionnelle est une véritable prouesse artistique. Elle facilitait le transport d’île en île sur l’océan Pacifique. Ce canoë de guerre pouvait contenir jusqu’à 80 guerriers māori. Les plus grands canoë sont construits à partir d’un tronc d’arbre. Sa longueur peut varier de 20 à 30m de long ce qui en fait un des navires construits par les mains de l’Homme, les plus longs jamais réalisé. Pendant le rythme de navigation, des chants étaient dirigés par un meneur appelé Kaitaki. Vous pouvez retrouver ces énormes canoë en exposition, en plein air, dans toute la Nouvelle-Zélande.

canoe waka nouvelle zelandeCanoë māori en exposition libre à Tauranga

Totem et statuette

Cette sculpture verticale façonnée dans le bois est un élément important de la culture et l’art māori. Appelé couramment Hei Tiki, ces sculptures représentent bien souvent des Hommes ou têtes d’Hommes. Les Hei Tiki sont souvent masculins, une tête imposante avec son Moko (tatouage facial), de grands yeux, les bras costauds, repliés sur le ventre et les jambes fléchis. Le Hei Tiki représente le premier Homme, des ancêtres divinisés et est devenu un personnage mythique de la culture māori. 

totem rotoruaTotem à Rotorua

Langage

La langue māori appelée Te Reo est devenue officielle dès 1987. C’est la 3e langue officielle du pays avec l’anglais et le langage des signes. La plupart des décrets et des lois sont traduits en māori. Avec l’arrivée des colons européens, la culture et notamment la langue māori s’est fortement estompée. Sur les 4,4 millions de néo-zélandais, seuls 700 00 personnes parleraient le Te Reo, soit 15% de la population. Le gouvernement tente de faire perdurer l’apprentissage de cette langue. Ainsi, la télévision voit arriver des programmes 100% en langue māori. La langue māori est enseignée également dans de nombreuses écoles primaires de la Nouvelle-Zélande.te reo langue maori

 

Drapeau

drapeau maori nouvelle zelande

Les choix des couleurs du drapeau māori est dû à l’interprétation de leur culture et de leur vision sur le monde. La couleur noire représente l’obscurité, énergie potentielle informes qui ont fait naître la Terre. Le rouge symbolise la force qui engendre et nourrit la vie. Le motif en forme de spirale qui réunit les 3 couleurs du drapeau symbolise la notion d’équilibre entre les forces de la nature. Le drapeau est également appelé Te Kotahitanga ou Aotearoa.

 

 

le maori nouvelle zelande

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

*