Coronavirus : Brice et Choukry sont confinés en Equateur

Le Coronavirus sévit partout dans le monde. Brice et Choukry en Road Trip en Amérique du Sud, sont donc confinés dans leurs hotels. A plusieurs milliers de kilomètres de la France, ils nous racontent leurs voyages, leurs préparatifs et les conditions liées au Coronavirus.

Qui êtes-vous?

Je m’appelle Brice, j’ai 35 ans, je viens de Tours où je suis né et où j’ai grandi. J’ai fait des études de production agricole. Mais je suis peintre en bâtiment. J’adore la nature, les animaux, le jardinage, les sujets sur la permaculture (projet de reconversion…) la musique, la plongée, rencontrer de nouvelles personnes, découvrir des cultures différentes…

Je m’appelle Choukry, j’ai 38 ans. Je suis aussi de Tours, mais j’ai grandi sur le Mans et ses alentours. Je suis auxiliaire de vie (auprès de personnes âgées), j’ai travaillé en maison de retraite et à domicile. Avant cela, je travaillais dans des plate-formes téléphoniques (service consommateurs, après vente,…) J’aime la nature, la musique, l’architecture des villes, la lecture, la musique, je suis créatif.

Nous nous sommes rencontrés il y a 13 ans, aujourd’hui nous sommes mariés depuis 4 ans et demi.

Pourquoi avez-vous voulu quitter le France ?

Avant de partir en Amérique du Sud, nous avons voyagé pendant 5 mois en France. En fait, le but premier était de voyager, d’avoir le temps de découvrir le monde, le temps pour nous, d’avoir le temps tout court, de sortir de notre quotidien, de notre “zone de confort”. Nous pensions déjà à ce moment-là, à aller plus loin, visiter d’autres pays que le notre, d’autres cultures, d’autres paysages… Avec le souhait d’être vraiment loin, vraiment dépaysé mais sans savoir vraiment où de manière arrêté. Au bout de ces 5 mois, Brice n’avait plus vraiment envie de partir plus loin ! La France est tellement grande, tellement belle. Mais elle faisait encore partie de notre zone de confort !

Pourquoi avez-vous choisi l’Amérique du Sud ?

La décision de la destination s’est faite à peine 2 mois avant notre départ ( le 12 juillet 2019), parmi un vaste choix puisque le monde nous attendait ! Nous avons chacun fait une liste de pays que nous souhaitons visiter et nous leurs avons attribués une note (une sorte de classement). Puis nous avons mis en commun nos listes.

Nous nous sommes également renseignés sur les conditions d’entrées et de séjours dans ces pays (visa, durée de ces visas…). En effet, nous ne souhaitions pas avoir de programme défini ni trop “d’administratif” à faire ! L’Amérique du Sud s’est révélée être la candidate idéale à beaucoup de nos critères : pas de visa (sauf Brésil) 90 jours de séjours autorisés dans la plupart de ses pays et beaucoup, beaucoup, beaucoup de sites à visiter, des cultures à rencontrer, de la chaleur, mais pas que, des particularités géologiques (océans, mer, lac, montagnes, déserts, plateaux , forêts, îles,…), bref, de quoi faire, de quoi prendre le temps !

Quand êtes-vous partis?

Nous sommes partis le 12 juillet 2019. Nous avons préparé notre voyage en 2 mois à peine ! C’était court et intense ! Nous avons trouvé beaucoup de renseignements sur internet, pris des recommandations d’amis et de cousins voyageurs (la famille de Brice est bretonne donc voyage beaucoup!), des conseils de vendeurs dans des magasins spécialisés.

Quelles étaient vos préparatifs avant le départ ?

Pour nos sacs et leurs contenus, nous savions qu’il fallait partir le plus léger possible ce qui parait logique et qui ne nous faisait pas peur car nous avions déjà voyagé en France avec peu et nous trouvions que c’était déjà trop ! Malgré ça, nous sommes partis avec 13 kg chacun, ce qui est encore trop ! (Le meilleur conseil qu’on puisse donner à ce sujet c’est : faite votre sac, pesez-le et refaite-le en enlevant les choses les moins utiles, puis refaite le, jusqu’à obtenir un poids acceptable ! Honnêtement, ça dépend aussi des personnes, mais 10 kg devrait être le max ! On a rencontré un voyageur qui n’avait que 8kgs depuis 1 an autour du monde ! Il trouvait qu’il ne lui manquait rien ! Autre conseils : vous trouverez sans doute ce dont vous avez besoin sur place et sans doute moins cher !).


Nous nous sommes procurer tout les équipements en 3 jours, dans 2 magasins (décathlon et le vieux campeur), si on avait eu du temps, ou si on avait mieux anticipé, nous aurions acheté certaines choses d’occasions, ça aurait sans doute allégé le budget équipements ! 2 mois avant le départ, nous avons également commencé à apprendre l’espagnol que nous ne connaissions pas du tout ! Duolingo nous a apporté beaucoup de vocabulaire, mais peut de grammaire, c’était déjà un petit début ! La meilleure méthode étant l’immersion ! D’autant que l’espagnol d’Espagne n’est pas exactement le même qu’en Amérique du Sud et qu’il varie selon les pays et les régions ! Ceci dit, pour des français, quand on s’y met, l’espagnol est vraiment accessible. Nous avons aussi pris une semaine de cours intensif sur place, 1 mois après notre départ.


Pour l’assurance, nous avons un contrat Chapka. Le choix n’est pas facile, car les différents contrats et compagnies sont presque incomparables ! Une amie qui travaille dans les assurances nous a aidé à y voir clair. Son conseil : “pas la peine de lire tout le contrat . Personne ne le fait ! Regardez les conditions d’exclusion de votre contrat, tout ce qui n’y est pas est inclus dans l’assurance” ! Sinon, le site tourdumondiste (qui est vraiment une mine d’informations, et mise à jours) a fait un très bon dossier sur ce sujet !
Nous n’avions pas de visa à demander pour nos destinations (c’était un souhait !)


Pour la carte bancaire, nous avons souscrit à une banque en ligne qui offre des retraits sans frais dans certaines banques dans le monde.
Pour les renseignements diverses (législation, toujours vérifier les sources !), sites touristiques, déplacements…), les groupes Facebook “les français en (PAYS)” sont généralement bien fournis et réactifs (penser à y faire des recherches avant de poser des questions !).

Le groupe tourdumondiste, est excellent. Il y a aussi beaucoup de blogs, sites internet… Bien fournis. Nous avions acheté un guide (Lonely Planet Amérique du Sud) mais trop gros, trop lourd, informations pas toujours à jours, sites trop touristiques. Nous l’avons laissé dans un Hostel pour d’autres voyageurs ! Sans regret ! Il existe en plus des versions numériques !


À propos de numérique, le téléphone ! Bon c’est vrai, un bon smartphone c’est pratique. On y télécharge les applications qui vont faciliter le voyages : banques, cartes géographiques (dispo hors lignes), traducteur, whatsapp, réservation de logements,…), fil d’Ariane (lien avec les autorités françaises à l’étranger) . S’il peut être étanche c’est mieux, ça évite le stress quand on est sur un bateau, dans la jungle ou en randonnée sous la pluie !


Concernant les vaccins, nous nous y sommes pris trop tard et il n’y avait plus de rdv disponible près de chez nous ! Nous avons dû nous rendre à Paris, à l’institut Pasteur, qui les fait sans Rdv. C’est beaucoup plus cher et ça implique des déplacements…


Pour les billets d’avion, on les a pris 15 jours avant le départ et en plein pendant les grandes vacances : mauvaise idée ! Et Brice pense que d’aller aussi loin aussi vite c’est brutal ! On se retrouve propulsé à l’autre bout du monde en quelques heures. Sans compter l’impact écologique ! Il existe des solutions pour voyager en bateaux que nous essaierons à l’avenir !


Nous n’avions pas tellement d’appréhension car nous avons passé beaucoup de temps à nous renseigner avant le départ, nous avions des contacts sur place et les expériences des voyageurs que l’on connaît nous ont rassuré ! Je dirais que les appréhensions viennent des gens qui ne savent pas !

Comment se sont passés vos premiers mois?

Nous sommes donc arrivés le 12 juillet 2019 à Bogotá, en Colombie après près de 48h de voyage ! En effet, notre premier vol a été annulé et reporté au lendemain ! Bon pas de quoi se plaindre ! On a été logé, nourri et on a reçu un dédommagement pour le désagrément ! Merci l’Europe ! L’arrivée à Bogotá n’était pas très agréable. On se sentait perdu, nous ne connaissions pas l’Amérique du Sud, encore moins la Colombie, la culture, la langue, la nourriture, l’éventuelle insécurité… C’était bruyant et c’est une grande ville qui fourmille, pas spécialement jolie…

Bon, avec le recul, c’était juste le temps d’adaptation qu’il nous fallait ! Et les colombiens sont vraiment accueillants ! En une semaine, on a appris à se détendre ! Le tout étant d’essayer de se fondre dans la population ! Un de nos objectifs d’ailleurs est de ne pas avoir l’air de touristes ! De voyageurs éventuellement ! Donc la première phase, c’est l’observation ! Comment sont-ils habillés ? Comment se déplacent ils ? Que font ils ?… Nos premières rencontres avec des colombiens et franco colombiennes nous ont énormément apporté !

Nous logions en auberges de jeunesses, ce qui permet de rencontrer d’autres voyageurs et d’avoir de bons plans pour des visites, restauration, et activités à faire sur place ou plus loin ! Ça tombe bien, on avait volontairement rien prévu ! Et notre parcours est entièrement basé sur les recommandations des gens qu’on a croisé ! Sans regret. Une bonne manière de faire aussi : on se plaît, on a envie de rester : on reste, sinon, on va voir plus loin ! Quelques temps plus tard, on s’est rendu compte que le fait de bouger d’endroit tout les 2ou3 jours nous permettait de voir beaucoup de choses, mais c’était très fatiguant ! Faire son sac, le défaire, prendre le bus…

On y prenait pas assez de plaisir et ça nous éloignait de notre idée de base: prendre le temps ! On a donc ralenti le rythme ! Et c’est beaucoup mieux aujourd’hui ! On rencontre plus, plus en profondeur ! Même si on ne visite pas tout ! De toute façon, le tourisme au bout d’un moment, ça lasse ! J’ai la phrase d’une amie qui me résonne :”oui bah une pierre c’est une pierre !”

Qu’avez-vous fait sur place?

Les premiers temps ont été très touristique ! Envie de découvrir un territoire riche, de tout voir, de s’en mettre plein les yeux, le tout au fil de nos rencontres. Pendant presque 3 mois, nous avons parcouru la Colombie, de plus en plus lentement, passant de grandes villes, à l’océan, aux montagnes, à la mer, au désert. On a adoré la Colombie et on aurait voulu avoir plus de temps (limité à 90 jours en visa touristique, renouvelable). Puis nous souhaitions passer la frontière sud vers l’Equateur mais c’était au moment d’un mouvement social fort. Tout était bloqué, il y avait un couvre feu… Nous sommes donc remontés vers le premier aéroport (Cali) pour “sauter” , à regret le pays. Destination le Pérou! Sans aucun plans, et souhaitant éviter les grands sites touristiques, on a cherché un endroit, une activité pour avoir un peu de temps pour s’organiser un parcours dans ce pays dont on ne savait rien !

Nous avons rapidement trouvé un volontariat dans lequel on voulait rester quelques semaines, histoire de s’organiser ! Direction Iquitos et sa forêt Amazonienne. Le volontariat nous a été indiqué par une amie que nous avons rencontré pendant le voyage. On a pas vraiment fait de recherches ! Mais on le trouve facilement sur Facebook.

Nous voulions à un moment faire un séjour dans cette mythique jungle ! Nous nous sommes senti bien et nous y sommes restés finalement 3 mois et demi isolé au milieu d’elle ! Ça a été un moment fort de notre voyage. Le volontariat nous a permis de vivre en communauté, proche d’un village, en contact avec des gens qui vivent dans la jungle. Y travailler, s’adapter à un milieu très particulier, gérer les ressources, nous a beaucoup appris et inspiré ! C’est le cœur serré que nous sommes partis ! Mais on ne quitte pas la jungle comme ça ! Sans plan pour la suite, nous sommes restés à Iquitos une semaine de plus pour essayer de savoir où nous pourrions nous diriger !

C’est là que nous avons trouvé un endroit pour passer encore un peu de temps dans la jungle ! Nous avons fait une retraite ayahuasca d’une semaine qui nous a permis d’y voir plus clair dans nos vies, nos envies, nos besoins… Puis une semaine et demi de plus pour nous reposer de cette expérience et dire au revoir à notre jungle chérie et à notre nouvelle famille qui nous a si bien accueilli et si bien guidé ! Cette fois on part pour l’Equateur qui nous avait fait tant envie et qui nous avait fermé ses portes, 4 mois plus tôt !

Brève visite de Quito, un petit séjour à Mindo, l’Equateur est accueillante. On retrouve un peu de l’ambiance colombienne bien tranquille avec ses endroits où on aime y passer du temps ! Oui mais voilà, nous avons un billet pour les Galápagos ! Alors nous souhaitons continuer notre parcours sur le continent plus tard, car l’archipel nous attend ! Et nous aussi on l’attend ! Ce rêve tant désiré ! Quel joie ! Le début de notre séjour nous réjouis, même si, on le voit, c’est extrêmement touristique et que la plupart des gens ne sont pas des locaux. C’est quand même extraordinaire de voir cette nature si peu farouche, cet environnement incroyable planté là au milieu de cet océan pacifique. On en revient pas d’être ici.

Coronavirus en Amérique du Sud

On se dit qu’on resterai bien plus longtemps malgré un séjour prévu de 17 jours, ce qui est énorme (pour la plupart des touristes. Certains y reste seulement 3 ou 4 jours. Le maximum touristique autorisé est de 1 mois). Oui mais voilà le couperet tombe… Une crise sanitaire mondiale (covid 19 ou coronavirus) sans précédent, s’abat ici aussi et nous sommes contraint de nous confiner dans notre hôtel pour 14 jours minimum…. Fini le snorkeling, les ballades à vélo, la plongée, les tortues terrestres… Un goût d’inachevé nous prend combiné à une grande inquiétude pour nous, pour nos proches qui sont si loin et qui vivent pire que nous, l’incertitude du lendemain…

Voilà où nous en sommes aujourd’hui ! Le destin nous accorde pourtant tout ce que nous souhaitons : plus de temps ici, et du temps tout simplement !

A cause du Coronavirus, nous sommes actuellement en confinement dans un hôtel. Étant donné la situation, nous avons un peu négocié le prix car nous n’avions pas prévu de rester aussi longtemps ici ! (nous ne connaissons pas encore la durée de la prolongation ! Nous pouvons sortir uniquement pour faire des courses alimentaires et pour la santé, tout autre activité est interdite !

Il y a un couvre feu de 16h à 5h. Ce confinement devrait durer 14 jours (renouvelable). Il a été décrété l’état d’urgence sanitaire, ce qui implique plus de vols commerciaux nationaux, ni internationaux pendant 60 jours minimum. À l’annonce des premières mesures, nous étions plutôt positifs et nous avons décidé de patienter ici, plutôt que de retourner sur le continent où il y avait des cas d’infections.

De plus, beaucoup de personnes ont décidé de partir des îles, ce qui a créé un peu de panique parmi les passagers. Pour finir, il est recommandé à la fois de rentrer chez soi, et à la fois de limiter les déplacements. Nous avons pris le partis de limiter les déplacements, ne s’estimant pas dans l’urgence.

Qu’allez-vous faire dans les prochain mois?

Pour nous c’est une question à laquelle nous n’avons pas su répondre depuis près d’un an ! Et la situation dans laquelle le monde se trouve en ce moment ne nous aide pas à avoir une réponse ! Avant ces événements (covid 19) nous pensions continuer notre visite en Équateur après notre séjour aux Galápagos, refaire un volontariat. puis redescendre vers le Pérou que nous avons très peu visité et pourquoi pas descendre gentiment vers Ushuaia !

Prévoyez-vous un retour en France?

Nous envisagions un retour en France, pourquoi pas en bateau histoire d’avoir le temps de se reconditioner à notre pays d’origine tranquillement. Et même une fois en France, acheter un canoë et descendre la Loire jusqu’à chez nous ( Tours est traversée par la Loire) Aujourd’hui l’incertitude plane et les pays sont fermés tout comme les sites touristiques, les hôtels (dans certains pays) sans compter les risques sanitaires partout dans le monde ! Alors, en fonction de l’évolution de la situation, des possibilités, un retour prématuré chez nous sera peut être raisonnable ! À l’avenir, nous avons un projet: nous souhaitons nous installer sur un grand terrain, avec un mode de vie permaculturel, en auto suffisance, résilient, avec au fur et à mesure du tourisme, de la restauration, de l’artisanat, du social (enfants et personnes âgées), de l’artistique…

https://choubrissoukry.travelmap.net/.

Visiter la Colombie

https://colombia.travel/fr

Visiter le Pérou

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays-destination/perou/

Visiter l’Equateur

https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays-destination/equateur/

Liste des affaires à ne pas oublier

Que ce soit pour un weekend, en France ou à l’étranger, on se demande toujours quelles sont les affaires à ne pas oublier pour sa valise. Voici ci-dessous une liste non exhaustive mais bien complète pour ne rien manquer…lire la suite

1 Trackback / Pingback

  1. Ces français qui ont quittés la France - DavidEnOz -

Les commentaires sont fermés.